Storyboarding & Management chez Disney

Storyboarding & Management chez Disney

« Nous créons un patchwork de croquis et de mots qui dépeignent notre idée originale. Drôles, fantastiques, divertissantes, stimulantes, persuasives, sérieuses ou non, nos pensées visuelles sont progressivement ciselées pour révéler leurs diamants bruts. »
Disney Imagineers

A l’origine de l’invention du storyboarding, Disney, en tant que compagnie, en fait un usage qui va au-delà du processus de création de films. Dans les années 1960, la technique de visualisation a été récupérée par des collaborateurs de Disney pour mieux résoudre des problèmes complexes et favoriser la communication au sein d’un collectif. En rendant apparentes les idées des membres du groupe, il est plus facile de les faire évoluer.

Bill Capodagli et Lynn Jackson, spécialistes des méthodes Disney et auteurs de « The Disney Way » font part de leur expérience de conduite de sessions de storyboarding : « Alors qu’une session brainstorming de 60 minutes, avec 14 participants produit en moyenne 42 items (questions, idées, commentaires), une session de storyboarding de même taille et durée en produit entre 150 et 300. »
Dans la version simplifiée qu’ils ont mise au point, ils font noter les idées sur des cartons aux membres du groupe et affiche leurs productions sur les murs. Progressivement se construit la création visuelle de l’équipe, à laquelle chaque membre a participé.
Quatre types de storyboarding sont utilisés : le mur d’idées, le planning visuel, l’organisation visuelle, le mur communiquant.

Pour aller plus loin, lire « The Disney Way », Bill Capodagli et Lynn Jackson, en particulier le chapitre 10 « Capture the magic with storyboards »

Haut de la page